visite tasmanie en australie

Roadtrip nature en Tasmanie

Nouvelle étape significative dans notre périple, on décide de partir sur cette « petite » ile au sud du continent l’Australien

Dès notre arrivée, on attaque d’abord la route en bord de mer en direction de l’ouest. On roule au travers de campagnes et de petits villages sur des collines très jolies. Il y a beaucoup d’animaux, des moutons et vaches, mais aussi des biches et lamas d’élevage, insolite, on ne pensait pas que ça se faisait ! Lire la suite

un van équipé pour un roadtrip en australie pendant un tour du monde

Acheter un van en Australie et l’équiper

Acheter un Van en Australie

Acheter un van c’est un moment super important dans la vie d’un BACKPACKER, c’est le moment où il pose enfin son sac à dos, qu’il dit au revoir aux hostels et guesthouses pour finalement s’installer dans sa nouvelle résidence mobile. C’est l’équivalent d’un achat immobilier, et ça représente souvent un engagement financier très important pour le BUDGET d’un voyageur.

On s’est donc mis à la recherche de vans sur le site Gumtree.com.au (le LeBonCoin local) avec les critères suivants :
> pas plus de 5000$ (environ 3800€)
> pas plus de 300 000km.
> Un aménagement intelligent et pratique

L’objectif étant de réduire le risque de CASSE moteur (certains vans sont vendus avec plus de 400 000 km), même si 300 000 km c’est déjà beaucoup.
> Et 5000$ maximum car si jamais il arrive tout de même un gros problème sur le van, on ne perdrait pas une partie trop importante de notre budget.

Beaucoup trop de backpackers arrivent en Australie et dépensent plus de 70% de leur budget pour l’achat d’un van qui leur CLAQUE dans les doigts alors même qu’ils n’ont pas encore trouvé de boulot pour entamer leur road trip.

 

Notre van, nouvelle maison

On se décide pour un Ford Econovan de 1997. malgré le fait qu’il ne rejoigne pas nos critères initiaux : il a 331 000 km ! Seulement le moteur à été CHANGÉ à 240 000 km donc le nouveau n’a « que » 90 000 km ! Tous les entretiens paraissent avoir été faits et le tout est en plutôt bon état.
Le nombre de kilomètres annoncés à souvent tendance à impressionner parce que en tant qu’européens on n’est pas habitués à voir des voitures circuler avec plus de 250 000 km. mais il faut savoir que les DISTANCES parcourues en australies sont beaucoup plus grandes qu’en Europe, les moteurs ne s’usent donc pour la plupart pas au même rythme qu’une voiture qui ne ferait que de la ville.

Les prix peuvent aussi paraître exagérés pour l’USURE et l’âge des vehicules et c’est d’ailleurs souvent le cas car les voyageurs ont tendance à ne pas vouloir perdre d’argent lors de la vente de leurs vans et ça maintient un marché avec des prix élevés.
Un autre facteur à prendre en considération c’est que en ce moment le taux de change euro/Australian dollars nous est favorable, ainsi 5000 $ australiens représentent seulement 3500 €

Au final on aura acheté le van pour 4000$ et rajouté environ 500$ pour l’équiper à notre goût

 

L’Aménagement du van

C’est l’un des vans les plus populaires d’Australie ce qui présente l’avantage de pouvoir trouver facilement, rapidement et à moindre coût des PIÈCES de rechange en cas de besoin. En revanche c’est aussi un des plus petits, ce qui oblige a s’organiser pour vivre correctement. Dans notre cas l’intérieur est très bien aménagé avec un lit qui peut se replier pour accéder aux rangements et même disposer une table à l’arrière si besoin. L’arrière du van est quand à lui aménagé en « cuisine équipée », qui permet de CUISINER à l’abri de la porte arrière si besoin et d’organiser facilement ses ustensiles, aliments et autres.

Autant dire qu’on a vu la différence avec beaucoup de vans d’autres voyageurs qui sont pour la plupart mal organisés ce qui fait perdre un temps énorme au quotidien.

 

Confort et Équipement du Van

Pour pouvoir vivre une bonne expérience on a rapidement préféré investir un peu pour acheter quelques équipements et nous simplifier la vie au quotidien :

  • 2 COOKERS à gaz (coûte seulement 15$ et 1$ par recharge qui dure environ 4-5 jours). Tout simplement pour pouvoir faire cuire plusieurs choses en même temps, ne pas avoir à attendre 20 minutes que son riz cuise avant de pouvoir faire sa viande ou sa sauce. C’est vraiment un achat minime qui fait gagner pas mal de temps.
  • Une Double BATTERIE et un inverter
    Comme on fais nos vidéos et qu’on maintient notre site au cours de notre voyage, il nous était indispensable de pouvoir utiliser et recharger nos appareils electroniques/informatiques assez régulièrement. Certes il y a les bibliothèques mais elles n’ont souvent pas des horaires d’ouverture très larges (9h-16h) et il n’y en a pas de partout…

Pour ce faire on est simplement allés chez un électricien auto qui nous a proposé une solution économique.
Pour 50$ il nous a donné une batterie récupérée sur un 4×4 et simplement installé un branchement sur la principale avec un interrupteur (pour ne pas vider la batterie principale si la secondaire est vide).
C’est une solution ÉCONOMIE dans la mesure où simplement l’achat d’une batterie neuve coûte la plupart du temps dans les 120$.
On a ensuite acheté de notre côté un convertisseur 300w pour 70$ relié à la batterie principale sur lequel on branche notre matos.

 

Nos Conseils pour l’achat d’un Van en Australie

Notre conseil le plus important pour tous ceux qui voudraient faire un ROAD TRIP en Australie en s’achetant un véhicule c’est :

  • Venir avec de l’ARGENT
    3000 euros ce n’est pas suffisant, il faudrait selon nous venir avec minimum 5000 euros, peu importe la durée ou les projets qu’on a. La vie peut être chère en Australie si on ne fait pas attention, les auberges coûtent au minimum 20/25$ par nuit, l’essence environ 1,5$ par litre (ce n’est pas très cher par rapport à l’Europe mais les distances sont démesurément plus grandes). Tous les services d’entretien et de RÉPARATION mécaniques coûtent cher (main d’oeuvre très coûteuse).
    Pour peu qu’il y ait des problèmes sur ton véhicule, le voyage peut être de très courte durée (on entends des histoires tous les jours).
    De manière générale il faut prévoir environ 1000€/mois/personne pour vivre en Australie dans son véhicule et sans faire d’activités extravagantes.
  • Ne pas engager plus de 30-40% de son BUDGET dans son véhicule/maison, toujours pour les mêmes raisons, une événement inopportun peut détruire tout vos plans et il faut être paré à l’éventualité. On a connu des gens mettre 6000 dollars dans un van de plus de 300 000 km et devoir payer des réparations moteur pour plus de 2000 dollars quelques mois plus tard

 

Anecdote van :

Après avoir acheté notre van et les nouveaux équipements, on se pose directement le long d’un parc et on sort absolument tout ce qui se trouve à l’intérieur pour évaluer et réorganiser un peu le tout.
 Une fois tout sorti et bien étalé juste en face du van on commence à sentir quelques GOUTTES sur nos épaules et là,  c’est le déluge qui s’abat sur nous, même pas le temps de réfléchir on commence à rebalancer tout à la va vite dans le van et on remonte à bord le temps que ça passe pour renouveler l’opération quelques minutes plus tard sous le parking couvert d’un supermarché.

On passe finalement notre PREMIÈRE nuit en van dans Brisbane, stressés par l’éventualité de se prendre une amende par les Rangers si on nous trouve dans un parc ; On se gare dans une rue résidentielle et on ne réalise que dans la nuit la première erreur que l’on a faite lors du choix d’un endroit pour dormir : ne pas dormir en pente ! On a  passé la nuit à glisser sur notre matelas pour finalement capituler et reposer sur nos pieds

Le sud de l’Australie, Great Ocean Road et jour de l’an à Melbourne

Salut à tous et bon retour sur notre site ! Enfin une nouvelle vidéo (assez calme)!

On sait, ça fait longtemps que vous attendez un nouvel article et c’est vrai que plus d’un an après notre retour en France il était temps que l’on s’y remette (pas facile cependant).

On reprend donc cette aventure après notre traversée du désert d’Australie du Nord au Sud, au départ d’Adélaide, voici la route suivie et les intérêts majeurs sur la route qui durera plusieurs semaines jusqu’à Melbourne au sud-est.

Beachport

IMG_2275Beachport
 est un point de passage sur le long de la côte avec une route touristique magnifique qui longe la plage et les falaises calcaires sur lesquelles on peut se balader, c’est sauvage, calme et intouché. Un endroit idéal pour se ressourcer bien qu’on ait rapidement compris, après plusieurs semaines de chaleur étouffante dans le désert que non seulement le sud de l’Australie serait plus froid mais aussi bien plus venté. De fait, on est assez souvent avec des petits pulls car même si les températures extérieures sont assez chaudes, le vent constant peut refroidir l’ambiance.

Mont Gambier

Mont Gambier, c’est une petite ville dans laquelle il y a deux lacs bleus qui prennent fond dans des anciens cratères de volcans, un petit stop intéressant avant de remonter dans les terres pour faire un tour dans un parc national.

IMG_2395Grampians National Park

Le parc national des Grampians est un environnement montagneux, pour ne pas dire rocailleux. D’abord une randonnée de 2h qui passe dans un petit « canyon » pour arriver jusqu’à un très beau point de vue sur la vallée, puis plusieurs points de vue assez beaux pour finir sur une nouvelle petite marche d’une heure qui nous emmène au pied d’une très belle chute d’eau !

Great Ocean Road

IMG_2570Great Ocean Road c’est une route d’environ 250 km qui longe la côte sud en direction de Melbourne, c’est réputé pour être la plus belle route de toute l’Australie !
 Immanquable !

On attaque donc cette route très réputée avec pas mal d’attentes (et c’est comme ça qu’on est parfois déçus) mais pas cette fois-ci, bien au contraire !
 Sans rentrer vraiment dans les détails car les photos parlent d’elles mêmes et montrent toute la beauté des lieux.
 On a donc passé 4 journées formidables à explorer tous les stops, lookouts et petits chemins qui mènent au bord de mer.

IMG_2533En gros sur toute la GOR, on longe le bord de mer, parfois le long de falaises rocheuses qui se cassent de manière abrupte pour laisser apparaître une eau bleu turquoise, parfois on trouve des petites criques ensablées et inaccessibles, parfois des rochers énormes qui sortent de l’eau et même des ponts formés par ces rochers.
Dans l’ordre on découvre Bay of Islands, Bay of Martyrs, Grotto, London Bridge, The Arch, Loch and Gorge et finalement on arrive aux 12 Apôtres, le point de vue le plus emblématique et connu de la Great Ocean Road. C’est un point de vue depuis lequel on pouvait auparavant voir 12 magnifiques rochers sortir de l’eau… il n’y en a désormais plus que 7 qui tiennent encore debout, les autres ayant été balayés dans l’eau à cause de l’érosion, le paysage est magnifique !

IMG_2636Depuis ce point de vue on peut aussi observer une colonie d’un millier de pingouins pygmées qui viennent se reposer sur la plage dès le coucher de soleil après une longue journée de chasse sous marine en mer ! Ils ont la particularité d’être tout petits, c’est d’ailleurs la race de pingouins les plus petits au monde, ils mesurent en moyenne 33cm de haut soit la hauteur et corpulence d’une bouteille de coca ! Ça va être difficile de les voir depuis notre point de vue à une soixantaine de mètres de la plage…

On attend donc évidemment leur arrivée avec impatience et dès le soleil couché, ils commencent à arriver par groupe d’une quinzaine de pingouins qui se laissaient apporter par les vagues au bord du rivage puis marchent jusqu’au creux de la falaise !

IMG_2768On passe par les Gibson steps, la plage de Johanna, Cape Otway. Le long de la route qui mène au Cap, on se met en quête de koalas sauvages car il y en a apparemment beaucoup dans cette zone entièrement peuplée d’eucalyptus. Tout le long de cette route qui dure une dizaine de kilomètres, on s’arrête tous les 500 mètres pour en observer dans les arbres, repérés depuis le van en route, il y en a même un qui est seulement à 2 mètres au dessus de nous et qui dort paisiblement sur sa branche, pas gêné par les voitures qui passent à côté, on ne pensait vraiment pas avoir l’opportunité d’en voir de si près à l’état sauvage !

Au final on en aura vu 23 sur cette route !

On continue par Apollo Bay, Kennett River, où l’on s’arrête car il y a apparemment des perroquets par ici. Effectivement dès notre arrivée, on voit plein de perroquets autour de nous mais aussi un gros koala lui aussi perché à moins de 2 mètres de hauteur, il paraît super vieux et on l’entend même respirer alors qu’il dort c’est marrant.

IMG_2831Les perroquets viennent se poser sur nous, sur nos bras, nos épaules, nos têtes, ils sont tous vraiment magnifiques : des rouges, des bleus et rouges avec des supers reflets ! Il y a aussi des cacatoès, plus gros mais plus timides qui restent un peu plus haut dans les arbres.

 

Torquay

Torquay est une petite ville côtière, remplie de magasins de vêtements et de surf, on y regarde aussi une compétition d’aviron sur une plage, juste à côté de dizaines de surfers bien motivés (il faut l’être avec la température extérieure, et aussi avec celle de l’eau, on a même pas osé aller la toucher !)

IMG_2934En passant en ville, on voit qu’il y a un événement avec des voitures de courses alors on passe faire un tour, il y a un petit circuit et les voitures semblent faire une pointe de vitesse rapide en seulement une centaine de mètres avant de décélérer. Dans les rues, il y a des dizaines de vieilles voitures en exhibition, des motos etc. 
Alors qu’on marche le long du port on voit aussi un hélicoptère qui fait des tours rapides au dessus de la ville, on va voir les prix et à notre surprise ce n’est pas si cher que ça (pour de l’hélicoptère), 45$ pour 5 minutes de vol (environ 30€) donc comme Flo n’en a jamais fait on saute sur l’occasion et on grimpe à bord !

 

Philip Island

IMG_2967On commence par aller voir le nourrissage des pélicans au bord du port (exécuté par des volontaires). Il y a une vingtaine d’énormes pélicans qui attendent sur la plage qu’on vienne leur servir leur repas (comme depuis 20 ans au même endroit avec les restes de la pêche du matin).

Les pélicans se battent et se montent les uns sur les autres pour essayer de chopper ce la bénévole envoie. C’est impressionnant car ils viennent se battre juste à côté de nous et s’enfuient les ailes ouvertes avec leur envergure de plus d’1,5m !
 A la fin du show on arrive même à caresser le dessus de la tête de quelques pélicans qui se laissent plus ou moins faire, ils sont vraiment super doux comme si leur tête était recouverte de petit duvet !
 Une énorme raie vient d’ailleurs se joindre à la fête en longeant la plage.

IMG_3066On va ensuite au bout de l’île sur des passerelles autour desquelles il semble que toutes les mouettes de l’île se soient regrouper pour donner naissance il y a quelques mois. On voit des centaines de mouettes et leurs petits de partout autour !
 C’est aussi surtout un point duquel on est censé pouvoir voir des phoques sur une île qui se situe à 2km de là… autant dire qu’on a pas vu grand chose.

On remarque qu’il y a des petits trous et mini cabanes construites tout autour des passerelles, il s’agit de trous pour les pingouins où ils donnent naissance à leurs petits. On a pu voir 3 petits pingouins qui se blottissaient dans leurs terriers et regardaient l’extérieur certainement effrayés de sortir dans l’attente de leur maman qui leur amène le repas en fin de journée ! Ils sont trop adorables !

 

IMG_3140Sur la route pour Melbourne on fait une rencontre d’un nouveau type, c’est un petit animal de la famille du hérisson au nez long, un échidné. On se rapproche très près de lui et ça n’a pas l’air de le gêner, il se balade dans l’herbe et il cherche sous la terre en enfonçant son long nez directement dans le sol et en levant la terre avec.
 Il est vraiment trop beau, on arrive à le caresser un peu sur ses pics et poils mais quand il sent trop notre présence il baisse la tête et enfonce ses pattes sous le sol tout en dressant ses pics si bien qu’on ne peut plus le toucher ni le déloger de sa place.

Melbourne

IMG_3986Melbourne c’est une des villes où il fait le mieux vivre au monde, une ambiance décontractée, une météo douce et des gens hyper cools. Ici on découvre la ville en passant dans des toutes petites rues bondées de micro restaurants et de monde et on passe aussi voir des rues emplies de graffitis (très réputés). Il semble que Melbourne est un peu la ville de l’art et surtout aussi des extravagants, les gens assument leurs différences et les revendiquent au travers de leurs styles plus tranchés que dans le reste de l’Australie.

En résumé une ville agréable pour se reposer, travailler, faire des rencontres, vivre quoi !
IMG_3300

La plage de Brington est super connue car il y a une petite centaine de chalets construits en bord de plage, certainement pour les pêcheurs à l’origine mais qui ont été depuis tous acquis par des particuliers et repeints de toutes les couleurs. Ça crée une ambiance sympa, animée et colorée. Certains chalets ont même des dessins dessus comme un kangourou avec des gants de boxe, un crabe, le drapeau australien ou encore des vagues.

Les Oppossums de Melbourne

IMG_3982Il y a un parc en ville, dans lequel des dizaines d’opossums vivent dans les arbres et sortent se nourrir à la tombée de la nuit. On a d’ailleurs appris que les bandes en plastique qui entourent le bas des arbres servent à ce que les opossums ne puissent pas monter ou descendre des arbres à leur guise (ils n’ont pas de prises sur une surface lisse). Il sont assez petits et super mignons avec de gros yeux ronds et une fourrure de peluche qu’on a envie de caresser.

Le jour de l’an 2014-2015

La ville est agitée, il y a beaucoup de monde dans les allées et pas mal d’artistes de rue. En fin d’après midi, on se dirige finalement vers le parc depuis lequel il est conseillé de regarder le premier feu d’artifice à 21h30. Le feu d’artifice débute sur la ville, très joli mais aussi très court, dans les 7 minutes environ… on retourne jusqu’en ville en marchant pour se diriger vers un deuxième parc en plein centre ville pour assister au deuxième feu d’artifice à 23h30.

Dès les premiers feux lancés, on comprend tout de suite à quoi on a à faire : les fusées sont tirées depuis le sommet de tous les gratte ciels de Melbourne, ce qui fait qu’on est littéralement entouré par les explosions, il faut regarder à 360 degrés autour de soi pour espérer tout voir ! Le tout est magnifique et surprenant et on reste captivé pendant les 20 minutes de show jusqu’au fameux décompte !

Entre temps on découvre la Tasmanie, sur laquelle vous en apprendrez plus dans le prochain article/vidéo.

la Traversée du Désert Australien Uluru Kakadu

3 mois après être arrivés en Australie, on attaque la longue route qui va nous faire traverser plus de la moitié de l’Australie dans sa largeur et dans toute sa hauteur :  8000 km de DÉSERT quoi !

Le désert australien

IMG_1282Après seulement quelques dizaines de kilomètres en direction du centre, on commence déjà à prendre la température de cette expédition : une CHALEUR réellement assommante (plus de 40°C à l’ombre) et des cadavres de kangourous tous les 5 km (et l’odeur de mort qui va avec). En plus de ça, sans la climatisation on roule évidemment avec les fenêtres ouvertes, le bruit du moteur plus le bourdonnement du vent donne rapidement envie d’accélérer à fond pour réduire le temps de parcours mais évidemment la variable qui nous tient à coeur c’est aussi le budget : on ne se permet donc pas de rouler à plus de 80-90km/heure. IMG_1148On fait d’autant plus attention à notre consommation que les distances sont longues entre les stations services (parfois jusqu’à 300 km) et les prix sur cette portion montent jusqu’à 2 dollars le litre de sp 91 (contre environ 1,5$/l en ville).
 On se RELAIE toutes les 1h30/2h et on roule depuis 7h du matin jusqu’à environ 18h.
 On se rend compte qu’on ne mange pratiquement rien de la journée, qu’on boit énormément mais qu’on ne va pas souvent aux toilettes (merci la transpiration!), c’est vraiment difficile et déroutant. On se fait aussi harceler par les mouches et autres bêtes volantes dès qu’on s’arrête 2 minutes.

On s’endort avec beaucoup beaucoup de DIFFICULTÉ malgré la porte ouverte et notre petit ventilo car il fait affreusement chaud.

 

Kakadu et le Nord de l’Australie (Northern Territory)

Après 3 jours de route intense (environ 1800km), on arrive dans le Nord pour découvrir quelques parcs nationaux impressionnants :

  • le Litchfield national park

IMG_1378Il y a beaucoup de choses à découvrir :  Wangi falls
- Tolmer falls
- Florence falls
- bulley rock hole… et c’est surtout très appréciable d’y passer car ce sont quelques uns des rares endroits où l’on peut se BAIGNER alors on ne rate pas l’occasion !

  • les termitières géantes (magnetic mount)

IMG_1545Ce sont des champs remplis de termitières de plus de 2-3 mètres de HAUT !
Malheureusement, on n’arrive pas à voir les petites travailleuses depuis l’extérieur, mais c’est étonnant de voir de telles constructions bâties par des bêtes de seulement quelques centimètres.

  • Parc national de Kakadu

IMG_1745Certainement le point le plus impressionant du parc : Ubirr est une marche avec des peintures aborigènes qui représentent des hommes qui chassent, des poissons, des kangourous, des mains. Elle passe par un point de vue qui nous donne une vision sur la SAVANE et les points d’eau alentours (ça fait penser aux paysages du Roi Lion).
On s’arrête à plusieurs autres endroits où l’on voit de nouveau des peintures aborigènes et lookouts (points de vue), on tombe aussi sur 3 énormes crocos qui se reposent sur la berge d’une rivière.

Le Nord c’est fini, le petit détour de 2000 km pour voir Kakadu et les autres parcs touche à sa fin et on prend maintenant la direction du CENTRE de l’Australie.

 

IMG_1807Devil’s marbles

Sur notre route, ce sont des énormes boules de GRANITE qui donnent l’impression d’avoir été posées au milieu du désert par des géants.

 

 

 

 

Le Centre Rouge :

  • Les parcs MacDonnells

IMG_1211Les MacDonnells sont en fait deux parcs nationaux : celui de l’est et celui de l’ouest. Comme ils sont à l’opposé l’un de l’autre, en général, les gens décident de n’en faire qu’un. Nous, comme on hésitait, on a fait les deux !
On marche dans les Trephina gorge, bien sympa, ce sont des gorges pas très hautes mais qui laissaient un passage en sable blanc au milieu (certainement le lit d’une riviere), également
 Ormiston gorge, avec un beau point de vue.
Les ochre pits, une petite gorge où la roche laissait apparaître des couches avec des dizaines de variations de couleur d’OCRE super belles (dont se servaient les aborigènes pour dessiner sur les murs).

 

  • Kings Canyon

IMG_1630Kings Canyon c’est un canyon avec des FALAISES d’une centaine de mètres de haut qui laissent un passage verdoyant en son milieu.
On opte pour l’incontournable rando qui passe sur les flancs du canyon et qui en fait le tour. On peut d’ailleurs se rapprocher près du vide, très près ! La randonnée est magnifique même si assez dure et on passe devant des points de vue vraiment peu communs.
C’est l’un des endroits qu’on a préféré dans le désert !

 

  • Uluru, Ayers rock

IMG_1736C’est assez impressionnant de voir cet énorme ROCHER posé au milieu de rien du tout.

On l’explore sous tous les angles, coucher de soleil, lever de soleil, points de vue, randonée de 4h pour en faire le tour… c’est d’ailleurs un peu trop en faire que de marcher 10km autour car il n’y a pas grand chose d’intéressant à voir en dehors des points d’intérêts auxquels on peut accéder en voiture…

IMG_1962On a ensuite la possibilité de monter sur le rocher ou non. Il y a énormément de polémique autour de ça, car les aborigènes refusent que les touristes « escaladent » Uluru (pour des raisons de croyance et site SACRE, qui pourrait porter malheur aux personnes qui le grimpent) ; alors que le gouvernement l’autorise (afin bien évidemment de ramener des sous-sous…)
Les fortes chaleurs font que la petite randonnée pour monter sur le rocher est interdite par les Rangers pendant la période où l’on se trouve ici, donc comme ça, pas besoin de réfléchir si on le monte ou pas.

[box type= »info »] ULURU est le nom aborigène du rocher et Ayers rock le nom attribué par les premiers colons blancs qui l’ont découvert[/box]

 

  • Mont Olga

IMG_1894Le Mont Olga, c’est un ensemble de rochers encore plus hauts qu’Uluru et qui s’en situent à une cinquantaine de km. De nouveau 4h de randonnée dans la chaleur qui nous fait faire le tour, marcher dans la gorge et des passages serrés autour de ces blocs immenses.

Après 4 jours passés à explorer le centre du Pays, on prends la direction du Sud !

 

Coober Pedy

IMG_2202C’est une des plus grosses villes minière d’Australie connue pour ses filons d’OPAL. 
La ville est assez sale et peu accueillante. Aux alentours, on voit des trous d’excavation de partout, c’est vraiment le stéréotype de la ville minière.

On en profite pour visiter la plus grosse mine de la ville, désormais transformée en attraction touristique. 
On nous explique toutes les spécificités de l’Opal et des bijoux qui sont créés avec. IMG_2169On rentre ensuite à l’intérieur de la MINE et du dug out (maison creusée sous terre), car ici on est encore dans le désert et la ville a la particularité d’avoir énormément de maisons et constructions souterraines pour se préserver de la chaleur extérieure.

A l’intérieur de ces constructions souterraines, la température stagne aux environs de 23 degrés. 
La visite est sympa, on marche dans les tunnels miniers d’époque, initialement creusés à la pioche, puis par la suite à l’aide d’explosifs et de foreuses.

 

Les aborigènes

Ceux qu’on appelle les aborigènes sont initialement les habitants NATIFS d’Australie, des personnes au teint noir et aux traits épais.
Lorsque les premiers colons sont arrivés ils ont, un peu à la manière de la conquête des États Unis, fait en sorte d’acquérir la plupart des terres intéressantes avec le consentement forcé des aborigènes. Quelques décennies plus tard, les aborigènes ont complètement étés pillés et marginalisés par la population australienne moderne qui les as mis dans une position très délicate.
Ils n’ont pas d’accès au monde de l’emploi car discriminés par les « australiens » et l’état leur donne une aide pour les aider à s’en sortir dans ce pays qui n’est plus le leur.
L’argent leur sert maintenant à s’acheter de l’alcool et à boire toute la journée provoquant ainsi un mépris d’autant plus grand à l’égard de leur minorité.
L’écart culturel est immense et le constat est que dans les villes du désert, là où ils sont le plus représentés, on assiste à un spectacle DRAMATIQUE dans lequel certaines villes sont remplies d’aborigènes qui errent dans les rues, tous ivres mort, crient et se battent à mort (on a assisté à plusieurs scènes de violence extrême).
Difficile de ne pas les juger, confrontés à de telles visions même si on sait qu’ils ont étés poussés volontairement dans cette voie par le gouvernement australien depuis plusieurs décennies.
Un triste constat qui ne va malheureusement pas s’améliorer à l’avenir.

Sarah et florian de retour en France

Retour en France : c’est pas fini !

Cela fait désormais quelques semaines que nous sommes rentrés en France et bien qu’il nous reste encore plusieurs dizaines de vidéos à créer, on n’a pas encore réussi à trouver le temps de s’y coller.
Toutefois ne t’inquiètes pas on reviens très très bientôt avec de nouvelles vidéos toutes plus magnifiques les unes que les autres

et pour ceux qui ne le sauraient pas après l’Australie on est aussi passés par le Japon, la Corée du Sud et Dubai !
A TRÈS TRÈS BIENTOTSarah et florian de retour en France
Florian et Sarah de retour en France

Casoars et chute libre à Cairns


   
Après notre étape dans la région de Townsville, on décide de grimper jusqu’en haut de la côte est, jusqu’à Cap Tribulation avant de redescendre sur Cairns. Quelques étapes marquantes de ce périple :
 

Atherton Tablelands

Atherton Tablelands

C’est une région montagneuse par laquelle on passe pour découvrir de nombreux points d’intérêts.
On commence par une petite boucle pour découvrir trois jolies CASCADES (Ellinjaa, Zollie et Millaa Millaa) bien connues de la région. On roule dans des campagnes verdoyantes et vallonnés qui font énormément penser à notre région de France avec ses petits villages, collines vertes et pâturages.
 

Mont Hypipamee et son cratère volcanique

Comme son nom l’indique, c’est une montagne qui abrite un cratère de VOLCAN de plus de 180 mètres de profond (seulement 60 mètres sont visibles car le reste est gorgé d’eau)

Les figuiers géants

Atherton Tablelands

Les « curtain fig trees », ce sont des FIGUIERS géants (en hauteur aussi bien qu’en largeur) qui font tomber leurs branches depuis les hauteurs pour les transformer en racines, impressionnant ! Leurs troncs seuls mesurent plus de 30 mètres de diamètre.

 

Les Gorges de Mossman

C’est ici que débute la Daintree rainforest. Et alors qu’on s’attendait à une forêt tropicale très dense, on se retrouve un peu DÉÇU du manque d’intérêt de la forêt et du peu qu’il y a à voir dans ces « gorges » . En gros, la balade était sympa mais c’est loin de mériter toute l’attention et les infrastructures touristiques construites autour. On y était pendant la saison sèche aussi, il est préférable de visiter ce lieu juste après la saison des pluies, ça doit être beaucoup plus agréable de s’y promener.

 

La route jusqu’à Cap Tribulation et les Casoars

Cap Tribulation

Alors qu’on roulait pour rejoindre Cap Tribulation (au Nord-Est), une énorme autruche traverse la route devant le van et Sarah crie immédiatement « c’est un CASOAR ! ». On s’arrête sur le côté et on se précipite dans la forêt avec l’appareil photo. On voit le casoar à une dizaine de mètres plus loin qui s’est calmé et mange des baies au sol, on n’est cependant pas certains que ce soit vraiment un casoar ou une autruche car il n’a pas de corne/crête, mais sa tête bleuté confirme quand même que c’en est bien un. Il n’est pas vraiment effrayé mais nous garde quand même à l’oeil. Alors qu’on se rapproche de lui en marchant sur d’épais tas de branches, Sarah se GAMELLE entrainant un gros brouhaha qui fait immédiatement fuir le casoar dans les bois. On est un peu déçu de l’avoir perdu de cette façon mais déjà super content d’en avoir vu un !
[box type= »info »] Les casoars (cassowary) sont des animaux très menacés, il n’en reste plus que 1200 sur tout le territoire australien et donc au monde)[/box]
On a eu vraiment énormément de CHANCE d’en voir un (la plupart des gens qui visitent l’Australie n’en voient pas).

Casoar - Cap Tribulation

Arrivés jusqu’au plus haut point auquel on puisse accéder avec une simple voiture et ses 2 roues motrices, on attaque donc une petite balade dans les bois et on repère au passage plusieurs grosses bouses bien imposantes posées sur la passerelle en bois et remplies de grosses BAIES pas digérées : c’est le signe qu’il y a des casoars dans le coin donc on se met en mode méga-vigilance.
A chaque craquement, on s’arrête de marcher, de respirer et on observe autour de nous jusqu’au moment où on en voit un dans les bois ! Énorme, il est super beau, le cou et la tête toute bleue, une super crête sur la tête et un corps imposant.

Casoar - Cap Tribulation

On sort de la passerelle et on se rapproche doucement de lui en marchant dans les bois pour le voir de plus près. On se trouve à 5 mètres de lui (impressionnant) et c’est à ce moment là qu’il se met à marcher vers nous avec une tête MENACANTE… on avait lu sur plusieurs panneaux que si on voyait des casoars il ne fallait surtout pas se rapprocher d’eux, qu’ils pouvaient être agressifs, que si on était trop près il fallait battre en retraite tout doucement, tout en lui faisant face et en se protègeant avec quelque chose et ne surtout pas partir en courant. Ça en tête on commence à flipper, on marche à reculon l’un derrière l’autre et Flo prend une branche dans une main. Il nous fait reculer d’une bonne dizaine de mètres avant qu’on se rende compte que c’était plus par CURIOSITÉ qu’il se rapprochait de nous. On le suit donc alors qu’il se balade tranquillement à la recherche de baies.
Au bout de 15 minutes il commence à s’éloigner et comme on veut qu’il reste plus longtemps, on se met rapidement à la recherche de baies au sol (les grosses baies rouges sont ses préférées). On en trouve et on les envoie près de lui dans notre direction et il s’empresse de venir les chercher, ce qui nous permet de le garder à portée pendant encore un bon moment, et de se rapprocher de lui à moins de 2 mètres !!!

Casoar - Cap Tribulation

On était tellement heureux de cette expérience qu’à la fin de la balade (une petite heure) on a décidé de la refaire dans l’autre sens avec l’espoir d’en croiser de nouveau un !
Super chanceux, on en recroise un nouveau, celui-ci encore plus IMPRESSIONNANT que les deux derniers car il est plus gros plus grand et plus beau. Sa tête était de couleur bleu presque brillant et une corne/crête impressionnante, si bien qu’on n’a pas osé s’approcher mais on l’a quand même vu à moins de 3 mètres avant qu’il ne continue sa route en travers des bois.

 

Saut en chute libre à Cairns (skydive)

Saut en parachute - Cairns

Ce matin on se lève avec la boule au ventre, on déjeune peu, avant de se rendre vers l’aérodrome de Cairns pour s’embarquer dans un saut en CHUTE LIBRE de plus de 4000 mètres d’altitude avec 60 secondes de chute libre (le plus gros package).
On rencontre nos instructeurs qui ont l’air cool, ils nous équipent et on part en direction de notre petit avion avec 6 autres suicidaires…
On grimpe tous dans l’avion, entre les jambes de notre moniteur et on décolle. Malgré que l’avion soit tout petit, il a pas mal de pêche si bien qu’en 15 minutes on a déjà atteint notre altitude optimale (les 14000 pieds, soit 4200 mètres).

Saut en parachute - CairnsLe pilote signale que c’est OK, l’instructeur qui est à côté de la porte latérale l’ouvre en grand, et en quelques secondes Sarah était JETÉE dans le vide, emportée avec son instructeur, pareil pour Flo ! L’impression est carrément folle, alors que l’instructeur nous trimballe jusqu’à nous mettre les pieds dans le vide, on n’a rien le temps de voir, pas de pensées, on est propulsé dans le vide, les yeux grands ouverts et le palpitant qui fait des tours sur lui même.
Les premières secondes sont très agitées car on tourne un peu dans tous les sens le temps que l’instructeur nous stabilise, puis il s’amuse encore à nous faire TOURNER quelques secondes avant de nous stabiliser réellement.

Saut en parachute - Cairns

La vitesse et le vent nous agressent le visage et dessèchent complètement la bouche, on arrive difficilement à émettre des sons, le paysage et les nuages défilent à une vitesse si impressionnante que notre cerveau semble ne pas pouvoir analyser tout ce qu’il se passe. 
Au bout d’une cinquantaine de secondes, on entends un petit bip et le PARACHUTE s’ouvre.
On profite ensuite un peu du paysage qui nous entoure et du vol puis il nous donne les commandes. On fait ensemble quelques virages biens serrés, ça fait prendre énormément de vitesse et c’est super impressionnant.
On effectue de nouveau quelques virages pour se positionner et on atterrit les fesses qui frottent par terre dans l’herbe au milieu d’un champ !
 Une petite dizaine de minutes complètement folle quoi ! 
Après coup c’est quand même difficile de se remémorer les sensations qu’on a ressenti car tout va tellement VITE qu’on a difficilement le temps de se rendre compte et d’analyser ce qui se passe.

 

Quelques idées de prix :

  • Ferry pour aller à Cap Tribulation : environ 17€ soit 24$
  • Saut en parachute (vidéos et photos incluses) : environ 280€ soit 404$

 

Les photos de notre road trip en australie

la région de Townsville, animaux et nature sauvage

Après une semaine de folie à Airlie Beach pour découvrir la grande barrière de corail, on reprend la route du Nord.

 

Le Lookout des wallabies

Sur la route pour Townsville

Depuis le haut d’un point de vue, on découvre tout le plateau qui s’étend sur des dizaines de kilomètres autour de nous. Alors qu’on contemplait la vue, on aperçoit quelques petites bêtes SAUTER dans les herbes pas loin de nous. Des wallabies curieux (et affamés) étaient venus voir ce qu’on faisait ici. Malgré leur curiosité, le pain qu’on leur donne à manger, on n’a pas réussi à les toucher, mais on a pu les approcher de très très près.
Depuis le point de vue, on pouvait aussi voir plusieurs feux au loin dans des champs, des ecobuages ayant pour objectif de renouveler le sol.

 

Billabong Sanctuary (zoo)

Billabong Sanctuary - Townsville

On commence par nourrir quelques petites TORTUES d’eau douce, elles sont marrantes car elles n’arrivent pas à chopper la nourriture qu’on leur tend (elles n’y voient rien).
Ensuite, on va voir la présentation des WOMBATS et c’est là qu’on voit arriver une Ranger avec un gros wombat dans les bras qu’elle portait comme un gros bébé de 20kg qui se laisse tripoter et dorloter à souhaits.
 

Sarah, nouveau modèle du Zoo

Alors que Sarah prend une photo avec le wombat, une femme la prend elle aussi en photo (bizarre??). Lorsqu’on a fini, elle vient demander à Sarah si ça la dérangerait de faire des photos pour le zoo avec un koala et un serpent.Billabong Sanctuary - Townsville

 

Évidemment elle ACCEPTE : c’est génial car elle a eu l’opportunité de prendre un koala dans ses bras ainsi qu’un gros boa constructor (ainsi que les photos gratuites) et en prime elle sera certainement sur les prochaines affiches/prospectus du zoo.

 

Il y a des présentations de plusieurs reptiles où on a le droit de toucher et de PRENDRE dans nos bras : un serpent, un espèce de gros lézard avec des pics (dragon), et un petit crocodile.Billabong Sanctuary - Townsville

Il y a également un show où les Rangers donnent à manger à des énormes crocodiles qui font plus de 5m de long. C’est vraiment impressionnant et d’autant plus lorsqu’il sort et s’élève à plus de 2 mètres au dessus de l’eau pour attraper le morceau de viande.

A noter : il s’agit d’un sanctuaire pour animaux. Par exemple, les koalas accidentés sont accueillis dans l’établissement afin de les soigner et de les remettre sur pied.

Townsville

Townsville

Townsville est la 3ème plus grosse ville du Queensland, mais on n’y sera que très peu restés car il n’y a pas tant de choses à faire que ça !

 

L’aquarium de Townsville

Un peu décevant, l’aquarium est assez petit mais on n’a quand même pu admirer de très beaux requins léopards et des requins MARTEAUX.

 

Magnetic Island

 

Magnetic Island

C’est une île qui se trouve juste en face de Townsville, un endroit supposé abriter énormément de koalas sauvages et des super vues.
On fait quelques randonnées, tout en cherchant de partout autour de nous dans les eucalyptus. Et on finit par croiser un KOALA perché dans un petit arbre, paisiblement en train de dormir malgré le vent qui le secoue dans tous les sens.
Comme il n’est pas très haut, on réussit à grimper sur un petit arbre à côté et à le CARESSER. Il n’était même pas trop mécontent qu’on le touche !
En dehors de ça, les balades étaient super, certains points de vue nous donnent une vue complètement à 360 degrés sur toute l’île.

 

Paluma Range National ParkPaluma Range National Park

Des  petits coins d’eau tranquilles où on voit quelques petites tortues. Dans la même journée, on va aussi voir Jurama falls, des CHUTES et cours d’eau très beaux avec de belles pierres. On grimpe entre les rochers, le long des cours d’eau et on s’allonge un peu pour faire une petite sieste dans cet endroit super.

 

Tyto Wetlands - InghamTyto Wetlands

 

C’est un parc près de Ingham, réserve naturelle où il est possible de voir pleins d’oiseaux, on croise d’ailleurs quelques jolis petits PIAFS rouges et quelques kangourous. Attention cependant aux crocodiles qui peuvent être présents à certains endroits (nous, on n’en a pas vu, mais on les cherchait pas non plus !!)

 

 

Wallaman FallsWallaman Falls

Ce sont les plus grandes chutes d’eau d’Australie : elles mesurent 268 mètres de haut. La vue depuis la plateforme était impressionnante, on pouvait voir un magnifique arc en ciel se former vers la fin de la chute et créer comme des flammes sur l’eau. Après les 2 km de randonnée pour aller jusqu’au bassin en bas des chutes, la vue est là aussi surprenante, on n’est pas assez FOUS pour aller se baigner dans l’eau glacée même si ce n’est pas l’envie qui nous en manque.

 

Quelques idées de prix :

  • Entrée Billabong Sanctuary : 33$ /personne

 

Les photos de notre road trip en australie

La Grande Barrière de Corail australienne depuis Airlie Beach

 

Airlie Beach

Airlie Beach, c’est la destination ultra touristique depuis laquelle on compte faire de grosses activités (à gros budget) !

Vol Grande Barrière de Corail

Dès notre arrivée, on se précipite dans les bureaux d’une agence qui vend les places pour la CROISIÈRE que l’on veut faire en direction des Whitsundays.

 
[box type= »warning »] Les Whitsundays sont des dizaines d’îles absolument superbes qui bordent l’océan dans le Queensland. C’est aussi ici que débute réellement la Grande Barrière de CORAIL. 
Seulement peu d’entre ces croisières naviguent jusqu’au début de la Grande Barrière de Corail australienne… et évidemment on veut aller jusqu’à là bas. [/box]

On demande donc les tarifs de la compagnie qui nous a été recommandée par pleins d’amis, à bord du bateau de l’Anaconda 3. 
Après presque 1 heure de NÉGOCIATION, on arrive au prix final de 404 $ par personne pour la croisière de 3 jours 3 nuits (initialement 570$) avec en plus 4 nuits de parking à l’intérieur de l’hotel backpacker pour notre van et accès à toutes ses infrastructures. En plus de ça on reserve un vol en avion d’une heure au dessus de la grande barrière de corail pour le lendemain (190$).

 

La Grande Barrière de Corail

Vol Grande Barrière de Corail

C’est le plus grand RÉCIF corallien au monde, qui s’étire de Bundaberg jusqu’à la pointe extrême Nord de l’Australie.

 

Le vol en avion

On découvre le tout petit avion dans lequel on va s’envoler, seulement 7 places à bord, plus le pilote (qui s’avère d’ailleurs être une jeune femme, même pas peur !).
 On grimpe à bord, on s’installe (pas très très confortablement), on met le casque puis l’avion décolle non sans nous secouer comme il le faut…

Vol Grande Barrière de Corail

On découvre rapidement la beauté des environs qui se traduit par une succession d’îles remarquablement vertes et bordées de plages MAGNIFIQUES où l’eau est bleue turquoise. 
On passe devant des dunes de sable qui forment un canal magnifique sur la mer, Hill Inlet. A son extremité, il y a la plage la plus connue : White Heaven Beach. Ell est assez particulière car son sable ultra blanc est composé de plus de 90% de silicone et a la particularité de ne pas absorber la chaleur ambiante, si bien que même par 40°C, on peut parfaitement marcher dessus sans se brûler.

 

On s’éloigne ensuite des îles Whitsundays, et après 10 minutes de vol au dessus du grand bleu, on commence à voir des récifs bleus Vol Grande Barrière de Corailturquoises et verts au loin. On s’émerveille de la beauté d’un site si magnifique et on survole des étendues incroyables de récifs et CORAUX de toutes forme et offrant une palette de couleurs infiniment variée depuis le bleu profond jusqu’au vert pomme. 
On finit également par passer au dessus du fameux COEUR en corail, mais pas beaucoup de temps pour bien en profiter car son survol ne dure que quelques secondes de chaque côté.

On finit par se poser, après quelques rebonds bien flippants sur la piste, puis on a enfin pu enlever nos casques. 
Le tour était carrément génial et on en garde des souvenirs incroyables.

 

La Croisière depuis les Whitsundays et jusqu’à la Grande Barrière de Corail

IMG_9829

Le bateau : l’ANACONDA III (environ 30 mètres de long pour 8 mètres de large et 2 grandes voiles).
 On embarque avec 30 autres voyageurs et 6 membres d’équipage qui vont être avec nous durant les 3 jours et 3 nuits de ce trip.

Malgré la chaleur et le décor de rêve, on nous conseille vivement de mettre les combinaisons de plongée intégrales fournies, pour éviter de se faire piquer par les méduses présentes dans tout le nord du pays.

Au réveil du 2ème jour, on se rend compte qu’on est entourés de coraux qui forment des blocs, juste en dessous de la SURFACE de l’eau.
 On se réveille doucement avec un petit dej’ sur le pont et on s’équipe pour sauter à l’eau et aller voir tout ça de plus près.

 

  • Snorkeling sur la grande barrière de corail

IMG_0235La visibilité n’est pas optimale et l’eau n’est pas aussi chaude que ce à quoi on s’attendait. On se balade en snorkeling autour de ces espèces de poussées de coraux qui forment des petits îlots sous marins et habitent une faune marine plutôt colorée, c’est d’ailleurs ici qu’on observe nos premiers poissons perroquets ROSES !

 

On déniche aussi quelques TORTUES avec lesquelles on passe une bonne heure, toujours en essayant de respecter leur espace (même si tout le monde n’est pas aussi respectueux que nous). A un moment, on a même réussi à en avoir 3 en même temps dans notre champ de vision.
Puis comme on s’est beaucoup déplacés, le bateau à moteur revient nous chercher pour nous ramener plus en hauteur vers les coraux, on monte donc avec deux autres filles dans le bateau.
 Alors qu’on repart, le pilote du petit bateau nous dit qu’il a vu des dauphins au loin, on commence alors à être exciter! Puis on voit quelques ailerons au loin et le pilote nous montre pleins d’endroits différents à l’horizon où l’on voit d’autres ailerons et on se rend en fait compte qu’il y a plusieurs banc de dauphins qui nagent dans la même direction que le bateau. Alors qu’on continue de naviguer dans la même direction, les mammifères marins se rapprochent de plus en plus de nous.Croisière Whitsundays Le pilote commence à nous dire que c’est en fait des BALEINES, ce à quoi on ne croit pas vraiment car même si ce qu’on voit ce sont des ailerons noirs, ils ont vraiment la même façon de nager et la même forme que des dauphins (en fait il s’avérera qu’il avait raison et que ce sont des « baleines pilotes » d’environ 3 mètres de long).

Plus on se rapproche, plus on voit de baleines autour de nous, on finit par naviguer à la vitesse maximum du bateau tout en suivant jusqu’à 3-4 baleines en même temps qui n’étaient pas du tout impressionnées et nageaient à moins d’1 mètre de notre bateau. A un moment, on arrive à un point où elles sont toutes regroupées devant nous, elles étaient plus d’une DIZAINE, on les voyait sortir de l’eau et repartir en nageant dans la même direction de nous, c’est tout simplement incroyable d’autant plus qu’on est seulement 4 à être sur ce bateau et à les voir d’aussi près.Croisière Whitsundays

On aura vraiment apprécié ces 3 jours en mer avec une ambiance calme et des paysages magnifiques.

A savoir néanmoins, ces croisières permettent d’aller « sur » la barrière de corail mais on est loin d’avoir la même vue qu’à bord d’un AVION ou hélicoptère qui la survole.
C’est vraiment louper quelque chose que de ne pas survoler de quelque manière qu’il soit la Grande Barrière de Corail pour se rendre compte de sa beauté et de son immensité !

 

Quelques idées de prix :

  • Vol en avion d’une heure : 189$ soit environ 150€
  • Croisière de 3j/3n (tout inclus) : 430$ soit environ 300€

 

Les photos de notre road trip en australie

Rockhampton à Airlie Beach : Rodéo, Plages et Parcs nationaux

Rockhampton

Une petite ville sympa dans laquelle il y a plein de choses sympa à voir, ça vaut le coup de s’y arrêter une journée.

 

IMG_9120Jardin botanique (gratuit)

Ici il y a des arbres sur lesquels poussent des fleurs rouges qui sont apparemment particulièrement appréciées par les LORIQUETS car l’arbre en est bondé ! Ils sont tous là à butiner les fleurs dans un vacarme attendrissant ! On passe aussi à travers un petit jardin japonais et autre arbres exotiques.

 

Jardin Botanique - Rockhampton

Le zoo (gratuit)

Le zoo est collé au jardin botanique et on y voit des gros CHIMPANZÉS de la taille d’un homme dans un enclos. Alors qu’on le regardait à travers la vitre, une femme vient nettoyer les vitres et nous dit qu’un des jeunes chimpanzé adore quand elle nettoie les vitres… et en effet dès qu’elle a commencé,  le singe et venu se coller de l’autre côté de la vitre, SUREXCITÉ par la raclette qui venait frotter la vitre.

 

 

 

Le rodéo (gratuit)

Capture d’écran 2014-12-06 à 15.07.04On va dans l’entrepôt situé à l’arrière d’un bar pour assister à un RODÉO gratuit. 
C’est en fait des séances d’entraînement pour les jeunes et les moins jeunes.
Vraiment sympa de voir quelques personnes passer et se faire éjecter sur la terre battue par des vachettes et TAUREAUX juste devant nous ! 
A un moment, un des taureaux ne voulait plus repartir dans les coulisses et a soulevé les barrières de protection, jusqu’au moment où ils ont dû rentrer dans l’arène avec un mini tractopelle pour le dégager. Assez amusant comme situation !

 

Les Capricornes Caves

C’est une grotte ou plutôt un réseau de GROTTES sympa que l’on explore à l’aide d’un guide pendant une heure et qui nous explique l’histoire de leur découverte. Il y a même une petite chapelle à l’intérieur de la grotte, dans laquelle a été célébré un mariage. L’acoustique y est super agréable et on assiste à un petit show de son et lumière suivi d’une expérience de « noir total ».

 

Eungella National Park

Eungella National Park

Ornithorynque

On fait quelques randonnées dans le coin, il y a des petites CASCADES et ruisseaux, puis on se pose à un point d’observation depuis lequel on est censés pouvoir observer des ornythorinques ! Au bout de quelques heures (ils sont plutôt actifs tôt le matin ou en fin de journée), on finit par voir ces animaux, qui sont d’ailleurs bien plus petit que ce à quoi on s’attendait, les plus gros ne devaient pas mesurer plus d’une 30 aine de centimètres ! Ils sont quand même assez marrants à regarder avec leur drôle de bec/nez. Quand on n’avait pas les ORNITHORYNQUES à regarder, on se contentait des petites tortues d’eau douce qui se prélassaient sur les bords de rivière tranquillement. On a même eu la chance de croiser un serpent d’eau serpenter à la surface et passer juste en dessous de notre petit point d’observation !

 

Cap Hillsborough

Yarrawona Park

Ce coin nous offre une vue magnifique sur une plage tout à fait fascinante pour 2 raisons : c’est la première sur laquelle on rencontre des MÉDUSES échouées sur la plage (dont certaines peuvent êtres mortelles en Australie), ça donne pas très envie de se baigner… la deuxième chose, c’est le sable de cette plage qui était brillant, DORÉ, comme si des grains d’or s’étaient mélangés aux grains de sable et ça donnait un paysage vraiment très très beau.

Anecdote : Comme il y a une petite randonnée à faire qui donne sur des points de vue au bout de ce cap, on se met en marche juste après manger. D’ailleurs comme c’est seulement 3km, on ne s’embête pas à mettre nos baskets et on part en tatanes. Les points de vue sont impressionnants, les vues très belles, on a croisés quelques araignées pas très belles sur le chemin, on arrive sur le dernier point « turtle point » d’où l’on aperçoit plusieurs tortues au loin qui remontent à la surface de l’eau, superbe, même si c’est vraiment beaucoup trop loin en contrebas pour en profiter pleinement.
On continue notre marche qui forme une boucle avec le retour par la plage, cependant, comme à notre habitude, on ne se soucie pas des avertissements… en fait lorsque l’on est parti, on n’a pas fait attention au PANNEAU sur lequel était indiqué que la boucle n’est faisable qu’en marée basse. On s’est donc retrouvés sur la plage, marée haute, bloqués par les rochers et avec trop de fond pour espérer passer en sécurité avec l’appareil photo entre les mains…
Au final, on a quand même réussis à s’en sortir après 30 minutes de grimpe acharnés dans la forêt pour passer au dessus des petites falaises et rejoindre la plage.

 

Conway National ParkConway National Park

Ce parc renferme habituellement des chutes d’eau réputées magnifiques mais comme on est en plein dans la période très sèche qui précède la saison des pluies elles sont complètement ASSÉCHÉES, à voir pendant la bonne saison.

 

Pour voir toutes les photos de notre road trip en Australie

Nouvelle expérience de travail : Fruit-Picking et Packing


Presqu’un mois depuis notre dernier TRAVAIL dans le fruit picking à Caboolture (fraises) et on se remet en quête dans la région de Childers/Bundaberg, des zones à forte concentration agricole.

 

Nouvelle recherche de travail

Levés à 6h pour prendre les petits chemins et routes de campagnes entre les champs et chercher désespérément des FERMES… Il y a beaucoup de champs mais on ne trouve pas beaucoup d’endroits qui ressemblent à des fermes ou entrepôts…
Comme on ne trouve presque rien (on est arrivés à laisser notre numéro qu’à une ferme), on se dit quitte à faire de la route autant tout faire d’un coup, on attaque donc la route pour aller à Rockampton : 300 km de plus.

 

Le coup de fil inespéré

Le lendemain, alors qu’on était à Rockampton, on reçoit un coup de fil de la part d’une ferme pour nous dire qu’on peut BOSSER chez eux. C’est en fait la seule ferme où on avait laissé notre numéro, à Gin Gin, qui vient de nous rappeler pour nous proposer de bosser dans le ramassage de mandarines. Sans hésitation, on leur dit que c’est OK et on reprend directement la route dans l’aprème pour se taper les 4 heures de route d’une seule traite (il faut ce qu’il faut, c’est RARE de trouver du boulot alors on saisit l’occasion).

 

Le travail

  • Fruit picking (récolte de mandarines, citrons et oranges)

Capture d’écran 2014-11-25 à 11.29.04On nous donne un espèce de gros SAC « kangourou » (accroché au ventre par les épaules) qui nous permet de mettre les agrumes cueillis,  
un SÉCATEUR pour couper les fruits et une ÉCHELLE pour accéder aux fruits perchés dans les arbres.
Chaque binôme se voit attribuer un tracteur avec 4 bennes (environ 300kg de mandarines).

Le travail est PHYSIQUE (porter les sacs de 20kg sur les épaules à longueur de journée, les déverser dans la benne, etc..) mais ça va ! Nos bras sont complètement griffés de partout par les branches et ça pique bien malgré tout.
Les arbres sont parfois hauts et il faut se mettre en équilibre sur son échelle posée elle-même en équilibre pour arriver à attraper les fruits les plus perchés, c’est un peu RISQUÉ.

Au bout de quelques jours dans la ferme, on tente notre chance et on demande si on peut travailler plutôt dans l’entrepôt au packing (emballage) et à notre grande surprise, c’est accepté dans la journée !

  • Packing (emballage de fruits)

Capture d’écran 2014-11-25 à 11.31.31Sarah navigue entre plusieurs postes le long de la chaîne de production ; elle s’occupe d’abord de TRIER les plus belles mandarines, les plus grosses qui doivent être sélectionnées individuellement et soigneusement disposées dans une cagette. Elle s’occupe aussi de faire la première SÉLECTION : éliminer les fruits abîmés ou impropres avant leur passage à l’emballage.
Flo, quant à lui s’occupe du PACKING « de base », devant une ligne de cartons avec des mandarines de différentes tailles qui tombent dans des cartons spécifiques. Une fois que les cartons sont remplis, on pose son couvercle dessus et on l’envoie sur le tapis roulant avant de déposer un autre carton prêt à accueillir de nouvelles mandarines.

ET, c’est aussi excitant que ça en gros…

Les journées sont très longues car le travail est ultra répétitif mais on ne se plaint pas car déjà c’est payé à l’heure et en plus c’est toujours mieux que le picking !

  • Farm hands

IMG_3967On a aussi fait de nombreuses autres tâches liées à l’exploitation :

– l’arrachage de plants de fruits de la passion, un travail super physique qui nous a bien amoché les mains. Les plants sont attachés le long de fils métalliques à hauteur d’homme, on doit les COUPER tous à l’aide d’un sécateur qui devient notre pire ennemi au bout d’une heure tellement qu’il faut forcer pour couper les plants. On a des ampoules de partout aux mains, on prend de la poussière plein la gueule, autant qu’en fin de journée on est noirs de poussière !

– le thinning, ça consiste à aller dans les rangées d’arbres qu’on vient de récolter et on arrache tous les fruits verts qui commencent à se former dessus.
 On suppose que c’est pour pouvoir bien contrôler la récolte et ne pas drainer l’énergie des arbres, à des périodes où il n’y a pas de récolte ou de demande. C’est plutôt sympa car on est en extérieur, on se BALADE entre les rangées et les arbres, et le travail n’est pas du tout dur (en comparaison du picking).

PLANTER des nouveaux pieds de fruits de la passion et les attacher aux poteaux à l’aide de petites ficelles, plutôt cool comparé à l’entrepôt (ou le temps passe très lentement) et au picking (éprouvant physiquement), même si on passe la majeure partie de la journée à 4 pattes et les mains dans la terre…

Finalement au bout d’un gros mois, on nous dit qu’il n’y a plus de boulot pour nous et que le lendemain sera notre dernier jour. On le prend moyennement bien mais c’est pas grave, la ferme à été réglo jusqu’à présent et on a été bien payés alors on ne s’en plaint pas !

 

Conditions et salaires du travail

Capture d’écran 2014-11-25 à 11.30.57C’est une très bonne ferme et honnête, on a eu la chance d’avoir été payé à l’HEURE même lorsqu’on faisait du picking (c’est généralement à la productivité).
Chaque journée de travail moyenne (8h) nous rapporte donc 168$ bruts, soit environ 21$/heure, c’est certainement le mieux que l’on puisse espérer étant donné que nous ne sommes pas des experts en packing/picking. Tant qu’on supportera le boulot, chaque journée travaillée est un énorme plus pour notre budget et les activités qu’on veut faire par la suite.

 

Bilan

Après 32 jours passés à Gin Gin (dont 29 jours travaillés : presque 7/7j)
On a généré environ 4200 dollars bruts par personne, soit environ 3000 dollars nets avec le barème d’imposition que l’on a choisit.

C’est un gros plus pour notre aventure qui va certainement nous permettre de couvrir les 2 prochains mois de dépenses.

 

TOUTES les photos de notre Road Trip en Australie